Government formation

Un viol de le démocratie sans droit à l’avortement.

Un viol de le démocratie sans droit à l’avortement. 500 348 Lhoëst Jean

La confiance dans la politique et certainement dans les partis politiques s’effondre comme jamais auparavant.

Le dernier Eurobaromètre a montré que moins d’un compatriote sur deux fait confiance au gouvernement. Et seulement 20% font confiance aux partis politiques !!!

Cet écart entre les citoyens et la politique ne me surprend pas quand on voit ce que la politique actuelle en fait.

Un aperçu en deux parties de la mauvaise volonté et de l’ignorance qui sapent la confiance et la crédibilité de la politique …

D’abord l’histoire de la « mauvaise gouvernance», puis du « chagrin de la responsabilité politique», du brouillage des normes et de la dégénérescence en politique.

Sourd aux préoccupations du citoyen.

 

Dans la liste ci-dessus, vous pouvez lire les 5 principales priorités du citoyen. Soit dit en passant, la même chose pour le Flamand et le Wallon!!

Et selon l’Eurobaromètre déjà évoqué, les principales préoccupations des Belges sont « l’immigration (26%), les questions environnementales, climatiques et énergétiques (22%), la dette nationale (21%), le coût de la vie ou la hausse des prix (19%) et les pensions (18%) ».

Les citoyens veulent donc une meilleure sécurité sociale, une meilleure politique d’immigration, des impôts plus justes, etc. Et… ils ne sont pas du tout préoccupés par la poursuite de la réforme de l’État ou une meilleure défense.

Et que font nos politiciens? Paralyser notre pays depuis des années maintenant (cfr. la dernière formation gouvernementale de près de 500 jours) en argumentant sur un nouveau cycle de réformes étatiques …
Donc encore un peu plus de fragmentation et plus de ‘postjes’. Ils se préoccupent donc de questions qui ne sont pas pertinentes pour le citoyen….

Quelle déphasage et quel mépris pour les citoyens et la démocratie !!!

 

Mauvaise gouvernance.

L’avant-dernier gouvernement, le suédois ou le ‘kibbelkabinet’, était le point bas absolu en termes de bonne gouvernance. Elle a gravement hypothéqué notre avenir et nous a laissés dans un désordre budgétaire….

J’ai lu une fois que le degré de bonne gouvernance dans un pays est mesuré par le bien-être des plus faibles de ce pays.

Et que voyons-nous? Les inégalités augmentent, les taux de pauvreté culminent, de plus en plus de citoyens sont menacés de pauvreté, les embouteillages dans les banques alimentaires augmentent de façon alarmante, 1 enfant sur 5 risque de grandir dans la pauvreté infantile, etc.….

Bea Cantillon, spécialiste de la pauvreté (UAntwerp) dit à ce sujet: «Cela indique un échec profond de la politique».

 

L’intérêt public, des propos en l’air.

Les intérêts économiques et politiques dominent le pays. L’intérêt public n’est rien de plus que des lèvres de paroles en l’air. Les cadeaux fiscaux sans provision du gouvernement précédent n’en étaient qu’une autre preuve. Vous pouvez en lire d’autres exemples dans F005, F017, F020, F024

Mathias Somers, du groupe de réflexion Minerva, l’a récemment exprimé ainsi: “L’État a été détourné et transformé en rien de plus que l’avocat du monde des affaires.” (et de happy few).

Bricoler la démocratie et l’état de droit.

Le gouvernement, dirigé par les élites des partis politiques, est de plus en plus en train de bricoler la séparation des pouvoirs, pourtant la pierre angulaire de la démocratie.

La justice indépendante subit une pression politique croissante. En particulier, les partis populistes et nationalistes critiquent le pouvoir judiciaire. Récemment, l’un de nos ministres-clown a tenu encore des paroles de café incroyables concernant la justice.

Les partis ont également rétrogradé la législature (parlement) à un gang de yes-men. Les parlementaires ne sont plus autorisés à avoir leur propre opinion et certainement pas à voter pour cet avis (cfr. la saga de l’avortement).

Ces évolutions bornées sapent l’État constitutionnel démocratique, sapent les garanties pour les minorités et mettent sous pression les valeurs universelles telles que la liberté et l’égalité…

Cela explique aussi pourquoi dans le «Democracy Index», publié annuellement par l’hebdomadaire britannique «The Economist», nous ne nous sommes classés que 33e en 2019, loin derrière nos voisins! Pas de quoi être fier.

Politique du jardin d’enfants.

On perd plus de temps à des choses qui ne sont pas pertinentes (symboles, diktats, etc.…) qu’ à des CONTENUS qui peuvent améliorer le sort du pays et du citoyen.

Opposition au sein des gouvernements et entre les gouvernements et les niveaux politiques est monnaie courante. Même avant la formation du gouvernement Vivaldi, l’une de nos régions vedettes autoproclamées se mettait déjà en travers du chemin. Pathétique. Et le citoyen paie la facture!

Alors, si le gouvernement flamand se comporte comme un tout-petit, ses citoyens peuvent-ils suivre son bon exemple en refusant, par exemple, de payer leur taxe foncière? Après tout, le temps des privilèges est révolu …

 Dictature des partis

La démocratie a dégénéré en une particratie, gouvernée par les diktats des présidents de parti!

Même s’ils veulent travailler, les députés ne sont pas autorisés à avoir leur propre opinion. Prenez la saga de l’avortement, il y a une majorité parlementaire en faveur d’un changement de loi, mais quelques partis bloquent le vote. Ils ne peuvent hocher la tête par oui ou par non que sur ordre des chefs de leur parti.

Un viol de la démocratie sans droit à l’avortement!

 

L’érosion du suffrage.

Heureusement, le Parlement fédéral décide des questions les plus importantes qui touchent notre pays, comme les impôts, la sécurité sociale, etc. Quelqu’un peut-il me dire pourquoi ma liberté de choix lors de l’élection de ce parlement est limitée et que je dois rester dans ma loge flamande? Pourquoi ne suis-je pas autorisé à voter pour qui je veux, même s’il s’agit d’un parti wallon ou bruxellois? Cette honteuse étroitesse d’esprit est indigne d’une démocratie

Leaders trop peu nombreux, grandes gueules trop nombreuses.

Des hommes d’État qui peuvent transcender leurs partis, qui ont une vision à long terme, qui pensent dans l’intérêt commun, qui jugent sans condamner, qui rassemblent au lieu de diviser, etc. sont introuvables.

Nous vivons en effet un spectacle politique avec beaucoup de nuls, mais sans dirigeants. Cris et médiocrité règnent.

Les droits de l’homme, une nuisance!

La violation des droits de l’homme est également de plus en plus courante dans notre pays.

Pas étonnant que même un ‘top’ politicien autoproclamé (sic) laisse échapper: “Les droits du peuple ne sont pas universels.” Incroyable, mais vrai !!!

 

Une structure étatique totalement inefficace.

Une structure étatique cacophonique et super chère que personne ne peut trouver. Et où les Excellences se gênent mutuellement. L’un plus incompétent, plus cher, plus inutile et encore plus nuisible que l’autre! Et où personne ne voit la valeur ajoutée pour les citoyens!

Bientôt, le schéma de notre structure étatique sera plus grand que notre pays lui-même !!!

 

Dans le prochain article, nous descendrons encore plus bas dans les catacombes de la particratie….

#Democracy      #Free markets  #Good governance        #Gov. Michel1   #Government Formation   #Human rights  #Justice               #Leadership      #Migration         #political parties              #poverty   #Social security                 #state structure               #Taxes

 

D’une mauvaise politique vers une politique…

D’une mauvaise politique vers une politique… 1167 1014 Lhoëst Jean

Des balises pour un nouveau pays.

Ah, qu’ils ont une tâche pénible nos politiciens ! Ils n’arrivent pas à former un gouvernement. Et ceci malgré les efforts énormes de tous pour ne pas sortir de leur cocon idéologique, de vetos, crédos, fronts et autres monomanies. Qui sait ouvrir ces cocons ?

Vu leur situation désespérante, j’ai envie de les aider un tout petit peu avec cette liste de 10 points. Une série de dix évolutions qui seront, selon moi, nécessaires pour sortir de la mélasse et offrir à nous tous, ainsi qu’au reste du monde des meilleurs perspectives. Et est-ce que ceci n’est pas la plus importante tâche d’un gouvernement ?

Les ‘à’’s dans ces évolutions – d’aujourd’hui à demain – sont des perspectives à long terme. Mais si on veut être là disons en 2050, il est temps de s’y mettre dès aujourd’hui.  Et certainement d’en informer la population afin qu’ils puissent se préparer à ce future et aux basculements nécessaires.

 

1 Du ‘pouvoir absolu des intérêts économiques’ vers un ‘pouvoir absolu de l’intérêt commun’.

L’objectif de tout gouvernement doit être le bien-être de toute sa population. Ceci devrait être une évidence, mais ne l’est plus depuis belle lurette.

L’état est captivé par le capital et le populisme. C’est pour cette raison que j’écris dans mon livre ‘Hoe lang blijven we nog domme ganzen’ de ‘centocratie’ au lieu de démocratie. La plutocratie (les 1% et les entreprises) dicte l’agenda politique et écrit les lois. Est-ce que l’avoir’ de quelques-uns est plus important que l’être’ de beaucoup ?

Dans l’Ancien régime l’église était l’assureur du pouvoir absolue du roi, aujourd’hui la politique est l’assureur du pouvoir absolu des intérêts économiques. Un basculement est nécessaire.

2 De ‘problèmes globaux, solutions locales’ à ‘problèmes globaux, solutions globales’.

Beaucoup de nos problèmes actuels s’en foutent de frontières et murs : le climat, évasion et fraude fiscale, surpopulation, virus, inégalités, flux migratoires, etc. Pour les résoudre il faut impérativement des solutions globales. Il est grand temps pour ambitionner un gouvernement Européen, voir même global. Un gouvernement où chaque pays est représenté sans vetos et privilèges.

3 De ‘plus riche, moins de taxes’ à ‘plus riche, plus de taxes’.

Une société dans laquelle les happy few paient moins de taxes que le citoyen moyen est immoral et plus tenable longtemps. Même Warren Buffet a déclaré avoir honte de payer moins de taxes que sa secrétaire ! On se croyait avant la Révolution Française !

Chacun, sans exception doit contribuer selon ses moyens et revenues.

Ceci serait d’ailleurs mieux pour l’économie et pour la confiance dans le système. Parce que si chacun contribue selon ses moyens, beaucoup d’autres devront moins contribuer et on aurait en plus des réserves pour mieux soutenir les plus défavorisés. En augmentant les revenues disponibles de beaucoup plus de gens, ceux-ci auraient des moyens supplémentaires pour consommer de plus en plus. Et est-ce que ceci n’est pas le rêve de notre système de toujours-plus ?

 

4 De ‘jobs, jobs, jobs’ à ‘robots, robots, robots’.

L’évolution technologique nous permet de produire beaucoup plus dans tous les secteurs avec moins d’effectifs.

L’état ne peut pas freiner ni nier cette évolution. Au contraire, elle doit la stimuler. Prester plus avec moins d’effectifs est une prestation impressionnante!  C’est du réel progrès. Par contre, l’état et le système ont la responsabilité de soutenir tous ceux qui peuvent être libérés de travail inutile.  Ces gens ont le droit de participer dans la prospérité ainsi crée et de pouvoir mener une vie digne.

Des politiciens qui continuent à crier ‘jobs, jobs, jobs’ sont des charlatans, totalement dépassés ou déphasés.

 

5 D’inégalité à moins d’inégalité.

Pauvreté et inégalité augmentent partout. Pas vraiment quelque chose pour être fier. Justice sociale devrait être la priorité de chaque gouvernement.

Est-ce qu’un enfant qui doit aller à l’école avec une boîte à pain vide a autant de chances qu’un enfant avec une boîte en or, bien pleine.

Pourquoi est-ce qu’un riche peut émigrer vers le pays de son choix pour optimaliser sa facture fiscale, alors qu’un pauvre type qui essaye de fuir de la misère n’ a plus ce droit pour optimaliser sa vie ?

6 D’une ‘particratie’ à une ‘participation’ active.

Le règne des partis politiques est dépassé. Jour après jour ils font preuve d’impuissance, d’entêtement et d’ignorance. Le moment est venu de faire participer activement le citoyen dans la gestion de l’état en donc de revenir à une vrai démocratie.

Pourquoi, en premier lieu, ne pas démarrer avec le sénat? Remettons le sénat en honneur et rendons lui responsable pour donner son aval à toutes les lois et décrets. Et ce nouveau sénat sera composé uniquement de citoyens tirés au sort, en tenant compte par exemple de l’âge, sexe, niveau d’éducation et domicile. Ces citoyens seraient nommés pour quatre ans, et après des autres.

7 De ‘mépris’ à un ‘support active pour les moins lotis.’

Un champs de fleur est plus jolie sans exemplaires flétris.

Nous avons tous l’obligation morale, nous étant ceux qui savent suivre aisément et certainement l’état, de regarder derrière nous et de se préoccuper des retardataires. Ceux qui, pour n’importe quelle raison, ne savent pas/plus suivre la cadence folle de notre société. Les malades, des personnes avec des handicap physiques ou mentaux, des gens sans emploi, des gens vivant en précarité, les moins doués, etc.. Eux-aussi on droit à une partie de la prospérité et de pouvoir vivre dignement.

Ils méritent beaucoup plus que mépris et accusations fausses ‘que leur situation est de leur propre faute’. Quelle faiblesse d’un dirigeant utilisant de telles conneries !

8 De ‘partout des autres règles’ à ‘ partout les mêmes règles avec des nuances locales’.

Quelle est la valeur ajoutée de quatre ministres de mobilité ? Pourquoi trois sociétés de gestion pour le ring de Bruxelles, à peine 72 kilomètres de long ? Quelle est l’utilité… à part des ‘postjes’ et coûts supplémentaires ?

Arrêtons ce lotissement folle de notre pays svp !

Supprimons tous ces gouvernements, parlements et ministres. Revenons au bon sens: une politique nationale et une exécution locale. Elargissons par conséquence les pouvoirs des gouverneurs et maires pour qu’ils puisent implémenter la législation nationale en tenant compte des spécificités locales.

Le coût de la gestion de notre pays doit être revu à la baisse. Ce coût ne devrait pas dépasser le coût indexé de la gestion de la Belgique en 1970. Si certains continuent à penser qu’il faut quand-même plus que 60 ministres pour ‘régir’ ce pays, le citoyen pourra donner son aval à condition que le coût de ces 60 excellences( ?) ne dépasse pas le coûts des 18 ministres en 1970. Ainsi, chacun serait content.

9 De ‘l’enfer, c’est les autres à ‘le ciel, c’est les autres’.

Aujourd’hui la politique polarise au lieu de réunir, pourtant une de ces tâches essentielles. Et ceci est toujours et partout une impasse. Grace à la technologie, le monde devient un village. Par conséquence, nous avons tous intérêt, même pour notre propre intérêt que tout le monde avance…. Un petit oasis au milieu d’un dessert, n’est pas une bonne perspective ! Si on veut avancer, il est temps de comprendre autrui au lieu de lui récriminer. De chercher des coupables à chercher des solutions !

 

10 D’un ‘paternalisme exagéré’ à ‘plus de droit d’autodétermination’.

Un état n’a pas à se mêler de la cuisine interne de ces citoyens, sauf si cette cuisine cause trop de dérangement pour d’autres citoyens. Donc, le Moniteur a urgemment besoin d’une cure d’amaigrissement !

 

Svp, ne commencez pas à crier que ceci n’est pas possible, impayable et tutti quanti. Arrêtons cette vieille chanson des épiciers de rien. Un vrai dirigeant dit ‘Wir schaffen das’ !

Comment est-ce que nos parents disaient ? Vouloir c’est pouvoir !

 

Tags: #Government formation    #Good governance    #Belgium

Qui est ‘le’ Flamand?

Qui est ‘le’ Flamand? 1856 1758 Lhoëst Jean

Des conneries sur l’identité sont à la mode. Une élite Flamande veut nous imposer une identité ‘Flamande’ par tous les moyens : fétiches linguistiques, screenings et canons!

Lisez un journal Flamand et tous les cinq mots vous trouverez ‘La Flandre’, ‘Flamand’ ou ‘le’ Flamand.  Et tous ces politiciens qui radotent ‘le’ Flamand pense comme ci, comme ça…

J’en ai ras le bol. En effet, je trouve ceci vexant, ridicule et injurieux. Je n’aime pas qu’on parle en mon nom, et certainement pas qu’on pense pour moi ! De plus, dans presqu’aucun cas (moins de 1%) je pense, fais ou suis comme le journal ou le politicien décrit (ou dicte ?) ‘le’ Flamand. Ca sent l’ endoctrinement.  Mon âme n’est pas à vendre, jamais !

Ne serais-je pas un ‘bon’ Flamand ?

 

Mais qui est alors ‘le’ (bon) Flamand ?

En analysant les affirmations décrites j’ai l’impression qu’on associe ‘le’ Flamand surtout avec quelqu’un de droite, conservatif et nationaliste. Et en effet, aujourd’hui presqu’un Flamand sur deux vote pour le VB et le NVA, des parties qui vivent de slogans vides, de diaboliser et de polariser. Waouh !

Mais ceci ne justifie pas de mettre tout le monde dans le même sac. Heureusement il y encore des gens qui pensent autrement.

Et moi, je ne veux VRAIMENT pas être associé avec ce ‘le’ Flamand. Droite, conservatif et nationaliste, non c’est vraiment une overdose de virus ‘dezever’ pour moi, ceci me donne des crampes gastriques!

 

Qui suis-je alors ?

Un Flamand gêné, un Belge fier, un Européen convaincu, et ainsi de suite, cela n’a pas d’importance.

Mais avant tout, je suis d’abord moi-même, partout et toujours ! Simplement quelqu’un comme un Anversois, un Liégeois, un Français, un Russe, un Marocain, etc. Un abîme d’identités. Pas mieux, pas pire, simplement un peu autre comme on est tous un peu autre que l’autre. Et c’est bien ainsi !

Né en 1953 à Walsbets, alors une commune Flamande dans la province de Liège. Dans le passé cette  province était la principauté de Liège, couvrant alors également une grosse partie des provinces de Limbourg et du Brabant Flamand. Cette principauté fût uni du 10e siècle au 18e, un record dans l’histoire de la Belgique.

Notre pays est un mix d’histoires et de cultures différentes, et justement ceci est notre force! Il fût un temps qu’on savait que ‘l’union fait la force’, maintenant on pense que la division, chacun derrière ses murs fait la force !

Qui on est ne dépend pas tellement de ses origines, sa langue maternelle, mais beaucoup plus de son être, de ses idéaux, ….

 

Certainement pas ‘le’ Flamand.

Le Flamand est ma langue maternelle et je vis en Flandre, et pourtant je ne penses pas, je ne fais pas et je ne suis pas comme ‘le’ Flamand.

Quelques exemples :

  • J’aime la diversité dans tout, du Wallon jusqu’au Marocain, de Marianne à Toni-Ann Singh ;
  • J’aime la liberté, des panneaux indicateur ok, mais certainement pas des panneaux d’interdiction ou d’obligation svp ;
  • Réunir est beaucoup plus agréable que diviser ;
  • J’aime les lions ainsi que les coqs, mais je me sens avant tout un petit cochon qui aime fréquenter tout le monde, quelle que soit leur origine, religion ou culture. Je ne laisse pas élargir mes prunelles par peur pour l’ étranger, mais bien élargir mon regard par confiance et compréhension réciproque. En plus de diversité, mieux c’est parce que potentiellement plus de plaisir (moins serge) et plus enrichissant ;
  • Je n’ai pas peur de ‘omvolking’ (du jargon VB et NVA). Le mélange renforce l’homme, l’inverse l’affaiblit!
  • J’aspire un meilleur monde sans frontières pour tout le monde ;
  • Je n’aime pas des drapeaux ni des cloisonnements.  Je ne veux pas être encagé dans le ‘eigen volk eerst’. Trop assommant! Pour moi des défis et de l’étonnement!
  • Je n’ai  rien contre payer mes impôts correctement (et j’aimerais que chacun contribue selon ses moyens, ce qui permettrait à tous de payer moins et/ou de réellement faire quelque chose contre l’inégalité dans le monde).
  • Je n’ai rien contre être solidaire avec chacun, sans distinction, d’un malade à un Wallon, d’un chômeur au parlementaire qui refuse de gouverner, d’un immigrant à ‘le’ Flamant…

 

Est-ce que je suis maintenant un sale, bon, con ou mauvais Flamant ?

A vous le choix… Moi je suis content et fier d’être qui je suis. Et aucun endoctrinement pourrait me changer. Et cette attitude ne m’a fait aucun mal, au contraire. Presque tous le jours je me sens heureux. Et les quelques jours que c’est un peu moindre me rappellent la chance que j’ai. Merci!.

 

The purpose of life is to live it, to taste experience to the utmost, to reach out eagerly and without fear for newer and richer experience. Roosevelt Eleanor (1884 – 1962) Épouse du président Américain

 

Pourquoi cette grisaille, ces généralisations sans nuance ?

Parce que le nationalisme et le populisme sont en progrès pandémique.

Et typique pour ces mouvements est de semer la peur pour les autres, de porter des boucs émissaires à la scène, de déguiser la vérité, de détester la diversité et surtout de de vaticiner au nom du peuple.

Des populistes se font passer comme la voix du peuple. Et cette homogénéisation artificielle est très recruteur, certainement pour ls esprits moins larges et pour ceux qui ne regardent que leur propre intérêt.

 

De préférence un débat sur le contenu svp !

Je peux mal m’imaginer que tous ces ‘les’ Flamands appartiennent à la classe plus fortunée. Alors est-ce qu’ils comprendraient toujours les réels enjeux ? Est-ce qu’ils comprendraient que la vrai raison pourquoi le NVA et le PS ne s’attendent pas du tout n’est pas tellement le rabâchage communautaire. Mais bien quelque chose dont on parle presque jamais : le CONTENU.

La NVA ne veut pas annuler ses chèques cadeaux sans provision pour les plus huppés – et qui ont crée un déficit budgétaire colossal- ni les compenser par un fiscalité plus transparente et plus juste. Et le PS ne veut pas que la population paye les pots cassés par de dépenses dans la sécurité sociale et/ou dans les services de santé.

J’aimerais qu’on parlerait beaucoup plus de ces sujets….

 

#Identité  #Media  #Nationalisme #Partis politiques #Populisme #Droite/gauche  #Formation gouvernement

Une majorité Flamande dans le gouvernement fédéral ? Mais pourquoi bon dieu ?

Une majorité Flamande dans le gouvernement fédéral ? Mais pourquoi bon dieu ? 2048 1919 Lhoëst Jean

Le parlement et le gouvernement fédéral sont responsable pour notre pays. Ils font des lois qui sont applicables à tout le monde, d’Arlon à Oostende.

Ci-dessus la composition du parlement par région. Tous nos petites régions y sont équitablement représentées. La Flandre a le plus de sièges, ce qui est tout à fait normal vu que la plupart des Belges y habitent.

Ce qui n’est pas normal à mes yeux, c’est qu’un Anversois ne peut pas voter pour un Liégeois et vice verse. Pas fort démocratique, vu que le parlement est compétent pour toute la Belgique !

 

Pendant ces négociations interminables pour la formation d’un nouveau gouvernement fédéral, certains répètent constamment qu’une majorité Flamande au niveau du gouvernement est nécessaire. Mais pour quelle raison, cela on n’attend jamais !

Cette revendication n’est rien d’autre qu’un fantasme et diktat de certains partis politiques et médias ! De la ‘politique politicienne’ et de l’endoctrinement pure et simple.

Et effet, il n’y a aucune raison pour que ce soit ainsi.

D’ailleurs si on suit cette logique, pourquoi alors ne pas revendiquer une majorité au niveau de chaque province dans le gouvernement Flamand par exemple ?

 

Que dit la constitution ?

La constitution n’en parle pas. Elle laisse beaucoup de liberté pour la formation d’un gouvernement, telle qu’on attend d’une bonne constitution compréhensive.

Même une majorité dans le parlement n’est pas nécessaire pour un gouvernement, mais évidemment à recommander.

Mais une majorité dans chaque groupe linguistique, dans chaque groupe idéologique, dans chaque groupe sexuel ou dans chaque groupe de couleur de cheveux, etc. n’est pas du tout requis !

Donc on peut se demander pourquoi certains partis exigent quelque chose qu’ils ont déjà ! Les parties Flamants ont la majorité dans le parlement et  ils peuvent donc, comme la seule région dans notre pays, tenir les autres régions à leur merci !  Alors pourquoi est-ce qu’ils ne forment pas ensemble un gouvernement ? Rien ne les empêche !

 

Serait la Flandre privilégiée ?

La Révolution Française a mis fin aux privilèges!

Dernièrement un chef politique Flamand claironnait qu’une majorité Flamande était nécessaire parce que ‘la Flandre payait plus d’impôts’. Indépendamment de comment on calcule cette répartition, ceci n’a de toute façon aucune pertinence. On est tous égaux pour la loi et le temps de ‘No taxation without representation’ est heureusement déjà longtemps passé.

Et si ceci serait un facteur à prendre en compte, alors les provinces de Brabant Wallon et Brabant Flamand devraient livrer le gouvernement, parce qu’ils payent le plus d’impôts !

Et pourquoi ne pas former un gouvernement avec les 20 plus grands contribuables de Belgique?

Et pourquoi ne pas réintroduire le suffrage censitaire ? Peut-être que les résultats des élections seraient d’ailleurs différents qu’aujourd’hui. En effet, pas certain que les partis populistes et nationalistes auraient encore autant de supporters…

 

Quid de la Wallonie, de Bruxelles et de Bachten de Kupe ?

Imaginez-vous que d’autres groupes commenceraient également à émettre des diktats farfelus… Olala !

Pour rappel, la Wallonie et Bruxelles étaient fortement sous-représentés dans le gouvernement Michel 1. Ce gouvernement n’avait donc pas de légitimité dans ces régions suivant la logique Flamande. Et pourtant, je n’ai jamais entendu des coqs chanter ni des lions rugir ! Et alors ?

Et finalement, pour le citoyen moyen un gouvernement avec une majorité Flamande n’est certainement pas une garanti pour une bonne gestion. Ainsi, le gouvernement Michel 1 avait une majorité Flamande absolue, mais n’était certainement pas un exemple de bonne gouvernance. Au contraire même! Des promesses non tenues, la pauvreté en hausse, des embouteillages aux banques alimentaires, des chèques cadeaux sans provision pour les entreprises et les plus huppés avec de déficits budgétaires colossaux comme conséquence, etc. ne sont certes pas des exemples de bonne gouvernance !

 

Messieurs, arrêtez vos conneries et faites votre devoir svp !

 ‘La Belgique n’est plus gouvernable’ est une mythe tel que la nécessité d’une ‘majorité flamande’. Ce pays est gouvernable. Seulement c’est devenu plus difficile par le bricolage politique du passé et par le manque de volonté politique aujourd’hui . Les réformes d’état précédentes ont en effet rendu une gestion efficace difficile. Comment est-ce que quatre  ministres de mobilité pour un torchon de 30000 kilomètres carrés rendraient la gestion de la mobilité plus efficace ?

Et aujourd’hui certains partis politiques ne se cachent plus pour dire que l’ingouvernance de notre pays n’est pas un problème pour eux…

A ces commerçants de nullité j’aimerais demander de ne plus se présenter aux élections . Ainsi ils s’épargneront beaucoup d’irritation et également à nous.  Arrêtez svp de se gausser de nous. Et laisse vos places à ceux/celles qui savent et veulent mener un monde multicolore !

Pourquoi est-ce qu’on va voter ? Pour choisir nos parlementaires dans l’espérance qu’ils forment vite un gouvernement qui gère le pays comme un bon père de famille dans l’intérêt générale. Ceci est la théorie, mais depuis nombreux années plus tellement la pratique… Il fait plaider pour un système d’activation si la formation d’un gouvernement dure trop longtemps. Il faut traiter le parlement qui ne veut pas gouverner comme des chômeurs qui ne veulent pas travailler. Tous les deux sont payés par nous et tout le monde égal pour la loi !

 

Que veut le citoyen ?

Finalement, est-ce qu’on ne veulent pas tous – Flamants, Bruxellois, Wallons –  la même chose ? Un gouvernement fort qui gère le pays dans l’intérêt général. Qui rassemble au  lieu de diviser. Et qui se focalise sur les thématiques clés avec une vision à long terme plutôt que de perdre leur temps avec des problèmes politiques ‘imaginaires’ !!! Des thématiques tels que le climat, le vieillissement, une fiscalité plus transparente et plus équitable (stop à la fraude et évasion fiscale), l’inégalité, la simplification de l’organisation de l’état, une bonne sécurité sociale, des bons soins médicales, etc.

Je pense que l’involonté et l’ignorance de nos politiciens infantiles démontrent les limites de l’actuel système de particratie (centocratie). Ainsi je plaide avec un nombre croissant d’autres personnes pour une démocratie directe. Un système sans partis politiques. On choisirait nos représentants pour quatre ans par un tirage au sort malin. Ceci permettrait une meilleure gestion pour une facture beaucoup moindre. Probablement que vous me diriez maintenant que ceci ne serait pas difficile. Pourquoi attendre alors ?

 

 

Tags: #Belgique       #Participation citoyenne   #Démocratie            #Parlement              #Partis politiques      #Formation gouvernement     #Gouvernement Michel 1

Le gouvernement Michel 1 a hypothéqué notre avenir !

Le gouvernement Michel 1 a hypothéqué notre avenir ! 1080 608 Lhoëst Jean

Le gouvernement Michel I démarrait en fanfare (‘tout allait changer’) et terminait en mineur.

Malgré des conditions économiques très favorables, il n’a pas tenu ses promesses électorales. Tel que montré dans le schéma ci-dessus, il a sombré dans une gouvernance médiocre et honteuse.

Fin 2018 le gouvernement tomba sans honneurs. Tout d’un coup, de nulle part, elle ne pouvait plus se mettre d’accord sur l’accord de Marrakech. Après des années de négociation, le gouvernement, qui avait pourtant participé à la rédaction de cet accord, ne voulait plus ratifier cet accord ! Alors, est-ce que nos négociateurs s’étaient endormi pendant tant d’années ? Ou est-ce qu’ils n’y avaient rien compris parce que c’était en Anglais ? Enfin, pas un exemple de bonne gouvernance !

Pour moi Marrakech n’était rien d’autre qu’une excuse facile pour une fuite en avant ! Vite diminuer les impôts pour les plus huppés, en après plier les bagages et passer sans-gêne le compte de leur mauvaise gestion au gouvernement suivant ! Un acte versatile et honteux.

 

Un gouvernement ‘Shame on you’.

 

Malgré leur mauvais résultats, le plus étonnant à voir est que les membres de ce gouvernement continuent à se louanger! Heureusement qu’on dit justement ‘qui se loue, s’emboue’!

Ce gouvernement était une caricature de bonne gouvernance et a hypothéqué le futur de notre pays. Malgoverno du premier degré ! Il ne mérite donc certainement pas des louanges, mais un ‘shame on you’ ferme.

Est-ce que suédois réfère aussi à ‘froid’ ? Parce que ce gouvernement a laissé l’homme de la rue dans le froid! Elle regardait à la fraude et l’évasion fiscale avec un bandeau, et à la fraude sociale avec une loupe ! Pas fort malin et injuste. Toute fraude et évasion doit être taclée. Mais mieux vaut se focaliser sur les gros montants, c’est plus malin et cela rapporte beaucoup plus de milliards!

Et des chèque-cadeaux fiscales de milliards sans provision pour les plus huppés au détriment des moins huppés! Avec comme conséquence, un déficit budgétaire colossal et un message ‘débrouille-toi’ pour le gouvernement suivant !!

Et dire que c’était maintenant un gouvernement sans socialistes et avec une majorité écrasante Flamande! A qui la faute maintenant?

Peut-être un peu plus de modestie dans le futur quand on prétend que ‘ce qu’on fait nous-mêmes, on le fait mieux’. Je ne sais pas ce qu’on voulait dire avec ‘ce’, mais ce ne serait donc certainement pas gouverner !

 

Et maintenant ?

Comment solutionner ce déficit budgétaire?

Selon les responsables de ce malgoverno, certainement pas en rectifiant leurs erreurs! Quel cynisme, et quelle logique malsaine et perverse!

Comment alors? J’ose espérer de nouveau pas au détriment des moins huppés par des économies dans la santé publique ou la sécurité sociale! Il est où l’intérêt général dans tout ceci? Ce problème explique d’ailleurs la formation difficile d’un nouveau gouvernement :  La NVA ne veut pas défaire ses cadeaux fiscaux, et le PS ne veut pas que les gens ordinaires doivent payer les pots cassés.

Pourquoi est-ce que les politiciens ne payent pas eux-mêmes leur ‘shit’ ? Par exemple en diminuant le coût de l’administration de notre pays et en supprimant tous les ministres inutiles

Combien de temps est-ce qu’on accepte encore cette mauvaise gouvernance ?

 

Tags : #Gouvernement Michel       #Bonne gouvernance       #Budget      #Formationgouvernement

Activer les parlementaires.

Activer les parlementaires. 1843 953 Lhoëst Jean

Beaucoup de personnes déversent leur mépris sur les chômeurs. Mais est-ce qu’on ne devrait pas plutôt déverser notre mépris sur nos politiciens? On les élit et paye, et ils refusent maintenant depuis des mois – et certains en toute connaissance de cause – de faire leur job !

Et juste ces fainéants ont encore le culot de vouloir activer les chômeurs. Ils feraient mieux d’activer eux-mêmes ! Leur refus de travailler nous coûte et nuit beaucoup plus que les chômeurs.

 

Des chômeurs, pas de pitié, mais des sanctions svp !

Les chômeurs, et certainement ceux d’origine étrangère en voient de toutes les couleurs de nos jours. Trop souvent on les considèrent comme des fainéants qui profitent du système.

Est-ce que le chômeur en question a eu une chance réelle sur le marché du travail ? Est-ce que le critères auxquels il faut répondre ne sont pas trop sévères, en donc pas atteignables pour beaucoup ? Allons donc, toutes ces questions et nuances ne sont pas nécessaires. Sanctionner et rien d’autre (jusqu’au moment qu’ils deviennent eux-mêmes au chômage).

Dernièrement j’ai lu l’histoire d’un docteur Syrien en littérature Française. Il ne trouvait pas d’emploi comme prof en Français en Flandre, soi-disant parce que son Néerlandais n’était pas assez bon. Alors qu’il y a une pénurie de profs en Français. Allez comprendre ! Est-ce qu’il faut sanctionner ce bonhomme pour la petitesse des autres ?

 

Activer les chômeurs.

Oui donc. Un de nos (trop) nombreux gouvernements veut sanctionner des chômeurs qui n’ont pas trouvé de boulot endéans un certain délai. Passé ce délai, leur allocation de chômage sera réduite et ils seraient même obligé de faire du service communautaire ! Activer donc, que resonne mieux que sanctionner.

Je pourrais encore le comprendre si le gouvernement aurait fait tout pour lui trouver un emploi convenable et à une distance raisonnable de son domicile. En effet refuser un tel emploi sans raison convenable, pourrait, pour moi entrainer des sanctions….

 

Activer le parlement.

Nous voilà déjà plus d’un an sans gouvernement et la formation d’un nouveau gouvernement traîne en longueur. Une farce délirante et le parlement ne fait rien d’autre que regarder.

La mauvaise volonté de gouverner est indéniable. Un ou autre politicien nationaliste se vantait déjà avant les élections d’un ton pince-sans-rire : « L’ingouvernance de notre pays n’est pas un problème, tant que cela nous arrange ! » C’est clair, non ?

Grand temps d’activer ce parlement tire-au-cul.

Chers politiciens, sois si sévère pour vous-même que vous êtes pour le citoyens en bas de l’échelle sociale svp. Ceci vous grandissait et améliorait votre crédibilité. En plus, donner soi-même le bon exemple est un moyen très efficace pour réussir de changements peu populaires…

Est-ce que je peux vous demander dès lors d’introduire la législation suivante svp :

  • S’il n’y a pas de gouvernement trois mois après les élections, alors tous les parlementaires perdent leur allocations parlementaire et de dépenses et retombent sur une allocation de chômage.
  • S’il n’y a pas de gouvernement six mois après les élections, alors l’allocation de chômage sera diminuée et tous les parlementaires devront faire du service communautaire.

Chers politiciens, j’espère qu’il y aura une très grande majorité pour introduire cette loi. En somme, il s’agit de la même chose de ce que vous voulez imposer au citoyen !

Et crois moi, les formations de gouvernent serait sensiblement accélérées !

 

Tags :  Chômage         Parlement        Formation de gouvernement              Activer